Conseils pour monter une équipe

Posted in feedback with tags management -

Cela fait maintenant une dizaine d’années que je monte des équipes. J’en ai tiré une ligne de conduite que je vous propose dans ce billet.

Votre équipe doit vous survivre

A la création d’une équipe, je pars du postulat suivant : dans quelques mois (généralement de 12 à 36 mois selon la difficulté à monter l’équipe), je n’en serai plus le manager. Le fait de se le dire dès sa conception permet de graver dans ses gènes l’apprentissage de son autonomie, d’une création d’une vision à long terme et de sa légitimité pour y aller. Le mot anglais enpowerment (difficilement traduisible) résume bien cette pensée. Beaucoup de vos actions et de vos choix découleront de ce engagement initial. Posez-vous cette question : Est ce que mon équipe peut non seulement fonctionner mais grandir sans moi ?

Embauchez des gens plus intelligents que vous

Monter une équipe autonome nécessite chez ses membres un ensemble de compétences humaines et techniques. Plus grandes elles seront, meilleure sera votre équipe. Voyez haut, et surtout plus haut que vous. A chaque entretien je me pose ces questions : Est-il meilleur que moi ? Apporte t-il quelque chose que je n’ai pas ? Une vision ? Des compétences ? Chaque personne doit compléter l’équipe et la tirer vers le haut. Je dois devenir inutile. Il faudra aussi bien sûr des compétences d’organisation et de management mais c’est justement à vous, manager, de leur donner ses compétences manquantes.

Votre relation ne doit pas être hierarchique

Les points précédents fonctionneront mieux si dès le départ vous basez votre relation avec chaque membre de l’équipe sur l’humain et la compétence. S’ils ne vous voient que sur l’aspect hierarchique, alors votre équipe ne progressera pas aussi vite qu’elle pourrait le faire. Elle doit vous challenger, vous titiller, voir même par moment vous agaçer. Elle se retiendra de le faire si elle a en mémoire que vous êtes le « chef », celui qui décide de l’avancement.

Conclusion

Le resumé que je pourrais en tirer tient en une expression : egoless manager. Chaque point demande en filigramme d’être capable d’être un serviteur pour l’équipe : votre égo sera votre plus grande faiblesse, votre humilité une alliée de choix. Et c’est justement le subtil équilibre entre servant et leader qui rend si dur le rôle de manager. Autre point, cela ne signifie pas un manque de fierté ou de s’autoflageller tous les matins, cela veut juste dire que votre mission est avant tout de servir au mieux l’organisation en proposant l’équipe la plus compétente, cohérente et utile possible. Vous serez alors reconnu dans toute l’entreprise comme un excellent manager. N’est ce pas ce que vous souhaitez ?

Written by Sébastien Douche
comments powered by Disqus